Ecole 42 : la CNIL met en demeure l’établissement de Xavier Niel pour excès de vidéosurveillance

La Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a annoncé ce mardi avoir mis en demeure le 8 octobre l’école informatique 42, créée par le fondateur de Free Xavier Niel, pour “vidéosurveillance excessive” au sein de l’établissement.
Sources : La tribune / 30 octobre 2010

“Big Brother is watching you”1984 de George Orwell ? Non. Plutôt l’école 42 de Xavier Niel. La Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a annoncé, ce mardi, avoir mis en demeure le 8 octobre l’école informatique 42, créée par le fondateur de Free Xavier Niel. Motif : “vidéosurveillance excessive” au sein de l’établissement.  L’association 42, qui a créé l’école éponyme en 2013, est mise en demeure de “mettre en conformité avec la loi Informatique et Libertés son système de vidéosurveillance” dans un délai de deux mois sous peine de sanction, a précisé l’autorité française de protection des données personnelles dans un communiqué.

C’est en février dernier, au cours d’un contrôle effectué en février 2018, que la CNIL a constaté “que des caméras filmaient en permanence les espaces de travail des étudiants, les bureaux dédiés au personnel administratif ainsi que des lieux de vie”, sans que les personnes filmées n’en soient “correctement informées”.

Les frasques de 42

Dans son communiqué, la CNIL rappelle que les images issues du dispositif doivent être réservées aux personnes habilitées, or le contrôle a révélé que les étudiants avaient accès aux images sur leur espace personnel au sein du réseau intranet de l’école. A ce sujet, la CNIL rappelle les règles à respecter dans les établissements scolaires.

Voir l'image sur Twitter

Ce n’est pas la première fois que l’école 42 suscite la controverse. L’an dernier une enquête menée dans le campus de l’établissement scolaire par le média l’Usine Nouvelle mettait en exergue le sexisme qui régnait parfois dans l’école. Pour cause, sous le titre “Porno, blagues et dragues lourdes… pas facile d’être une femme à l’école 42”, l’article décrivait un quotidien hostile pour les étudiantes entre les murs de 42.