Les données médicales de 1,5 million de personnes dérobées lors d’une cyberattaque à Singapour

Une cyberattaque sans précédent a exposé les dossiers médicaux de 1,5 million de Singapouriens, dont le premier ministre.

Sources : Sciences & Avenir – Par Sarah Sermondadaz le 24.07.2018 

Pour l’Asie du sud-est, c’est une première. Des pirates ont dérobé des dossiers médicaux appartenant à 1,5 million d’habitants de Singapour, au cours d’une cyberattaque qualifiée de “sans précédent” le 20 juillet 2018 par les autorités du pays. Le Premier ministre Lee Hsien Loong, survivant d’un cancer, a également été visé par l’attaque, ont indiqué les autorités de santé dans un communiqué de presse en anglais. “Il s’agissait d’une attaque délibérée, ciblée et bien préparée”, indiquent les autorités. “Il ne s’agit pas de l’oeuvre accidentelle de hackers du dimanche.” 

Des intrusions répétées entre le 27 juin et le 4 juillet 2018

Les administrateurs des bases de données de patients ont détecté une activité anormale le 4 juillet 2018, ce qui s’est avéré être une cyberattaque après enquête approfondie. Les données ont fuité entre le 27 juin et le 4 juillet 2018, concernant des consultations réalisées depuis le 1er juin 2015.

Parmi les données fuitées, on trouve le nom, le numéro de sécurité sociale, l’adresse, le genre, l’ethnicité ainsi que la date de naissance. Des informations relatives aux traitements en cours ont également été transmises pour 160.000 des 1,5 million de patients touchés. Aucune information de diagnostic, ou de résultat à un test médical n’aurait toutefois fuité. Le gouvernement singapourien a mis en place un service en ligne où les citoyens peuvent vérifier si leurs informations personnelles ont été compromises.

Et en France ?

En France a été crée le dossier médical partagé (DMP), permettant de dématérialiser certaines données médicales (historique des remboursements, coordonnées du médecin traitant, actes diagnostics et traitements en cours…) des assurés de la sécurité sociale. Pour l’instant, seuls 9 territoires pilotes font l’objet d’une expérimentation. Mais la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) a annoncé qu’en un an, plus de 500.000 dossiers avaient été créés. Restera à s’assurer que les serveurs français soient mieux sécurisés qu’à Singapour afin de protéger les données des patients.

Avec Reuters