Ransomware : Boeing en est aussi victime

Les cybercriminels ont encore frappé !
La ville d’Atlanta, l’hôpital de Baltimore et maintenant la Société constructrice d’avions « Boeing ».
Ce sont les dernières cibles du « ransomware » !
Depuis quelques années, ce dernier n’a cessé d’évoluer. Vigilants, certains s’en sortent sans trop de dégâts, d’autres par contre ont payé le prix… et c’était cher !

Sources : Sekurigi.com

Les attaques se suivent

La mairie d’Atlanta la semaine dernière, le service des urgences de Baltimore hier, et le constructeur d’avions aujourd’hui !
Ces cybercriminels n’ont pas froid aux yeux ! D’après les études récentes de Vanson Bourne, la France est loin d’être épargnée (le nombre d’attaques a progressé, passant de 52 % en 2016 à 59 % en 2017).

Ces pirates virtuels ont encore frappé par l’intermédiaire du ransomware.

Mais qu’est-ce réellement ?

Et bien c’est un logiciel informatique malveillant, prenant en otage les données. Il chiffre et bloque les fichiers contenus sur votre ordinateur et demande une rançon en échange d’une clé permettant de les déchiffrer… du grand art ! Du génie ? Peut-être que non finalement ! Et si après les attaques des années écoulées, les entreprises avaient pu renforcer leur sécurité, ce n’est nullement le cas aujourd’hui d’après les constatations de Frédéric Benichou.

Boeing s’en sort indemne ?

La firme Boeing aurait eu plus de chance que les autres sociétés  !

Même si le fameux virus « Wannacry » persiste et continue de se propager à un rythme lent par rapport à sa vitesse initiale, les ingénieurs concernés ont donné l’impression d’avoir mis la main dessus !

En effet, après l’interpellation de l’équipe par l’ingénieur en chef du département Mike VanderWel, le centre dédié à la cybersécurité a détecté une intrusion limitée du malware qui n’a affecté qu’un petit nombre de systèmes (seulement aux ordinateurs de la division dédiée aux avions commerciaux).  Selon Linda Mills, les dommages sont minimes et l’attaque est terminée !

Un grand « ouf » pour les employés de l’entreprise de Caroline du Sud !

Un virus qui a couté cher… pour certains !

Plusieurs sociétés n’ont pas eu la même chance que Boeing !

D’après certaines études en France,   39 % des employés français ont décidé de payer la somme sans même avertir leurs supérieurs !

Est-ce pour cela que les attaques ne cessent de se multiplier ?
Ils ont payé 31 500 € en moyenne contre une moyenne mondiale de 38 900 € !

Les impacts de l’attaque sur le plan organisationnel sont aussi considérables que la somme exorbitante extorquée !
Il faut changer de stratégie, renforcer la sécurité informatique, faire des mises à jour spontanément et surtout procéder à la conscientisation de tous les employés face au fléau (phishing dans les emails…)!
Rappelons que les ravisseurs demandent à recevoir cet argent virtuellement, justement pour ne laisser aucune trace.

Qu’est-ce qui garantit qu’ils ne vont pas réattaquer ?
La situation n’est toujours pas dégagée et la menace WannaCry plane toujours en France et dans le monde entier !